Actions individuelles

Pourquoi ?

L’agriculture industrielle est responsable d’une majeure partie la destruction écologique sur la planète, de la disparition de milliers d’espèces et de millions de paysans (voir le rapport de la FAO).

Elle participe à l’épuisement des ressources en eau et contribue largement au réchauffement climatique.

L’élevage, à lui seul, est responsable de 18% des émissions de GES. 65 milliards d’animaux sont élevées chaque année dans des conditions insupportables pour être ensuite abattues. Pour les nourrir, des millions d’hectares de forêts sont rasés pour faire pousser du soja et du maïs qui épuisent et polluent les sols (à cause des pesticides). De nombreuses espèces et les populations qui y vivent sont chassées.

Quelques multinationales de l’agro-alimentaire contrôlent désormais une majeure partie des semences, tandis que les géants de la grandes distribution contrôlent une bonne partie de la production, de la distribution et des prix de la nourriture. La capacité de nous nourrir par nous-mêmes est mise en danger.

Comment ?

Cultiver et se former à la permaculture ou à l’agroécologie

Trouver des producteurs sur des marchés, dans des magasins bio indépendants (comme les Biocoop par exemple), adhérer à une AMAP, rejoindre ou lancer un groupe Incroyables comestibles, passer par des systèmes directs vers le producteur comme La Ruche qui dit oui

Retrouver ici une carte des magasins et producteurs bio et locaux près de chez vous.

Pourquoi ?

Les énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz) participent activement au dérèglement climatique.

La plupart des pays occidentaux sont aujourd’hui totalement dépendants du pétrole, ce qui les place en position de grande vulnérabilité. A mesure qu’il deviendra plus coûteux à extraire, son prix augmentera, ce qui fragilisera énormément nos économies.

La lutte pour le contrôle et l’appropriation des ressources fossiles est (et sera) l’objet de nombreux conflits et de situations géopolitiques que de nombreuses populations subissent déja.

L’énergie nucléaire est hors de prix, extrêmement dangereuse, consomme une grande part de l’eau douce et produits des déchets ultra polluants, dont nous ne savons que faire.

Comment ?

Installer des sources renouvelables à la maison (panneaux solaires, mini-éolienne, géothermie…)

Opter pour une fournisseur d’électricité 100% renouvelable comme Enercoop.

L’idéal étant, dans le même temps de réduire sa consommation d’énergie et d’opter pour des transports doux comme le vélo !

Pourquoi ?

De très nombreuses études montrent désormais qu’acheter dans une entreprise locale et indépendante créé 3 fois plus d’emplois, fait circuler 3 fois plus de richesses, permet de disposer de 3 fois plus de taxes locales pour faire vivre la collectivités, et rapporte 3 fois plus de dons pour les associations.

Sur 1 euros dépensé dans une multinationale, très peu restera dans l’économie locale. L’argent sera capitalisé et participera à renforcer les pouvoir des quelques géants mondiaux au détriment de l’économie du lieu. Les habitants perdront leur pouvoir sur leur économie.

Maintenir une économie locale, contrôlée par les habitants d’un territoire, limite les délocalisations et la spéculation et l’évasion fiscale.

Comment ?

Vérifier qui détient les entreprises auxquelles vous acheter et quel est leur politique sociale et environnementale.

Retrouver ici un certain nombre d’adresses près de chez vous, que vous pouvez compléter !

Pourquoi ?

La plupart des banques françaises ont des filiales dans les paradis fiscaux, incitant leur client à y dissimuler leur patrimoine. Les taxes sur ces sommes faramineuses permettraient de résoudre de nombreux problèmes que nous connaissons.

La plupart des banques pratiquent également des activités spéculatives notamment sur la faim.

Enfin, les principales banques françaises financent massivement le secteur du charbon, l’énergie fossile la plus émettrice de CO2.

Comment ?

Quelques banques pratiquent une finance plus éthique et plus responsable. Les amis de la Terre ont effectué un classement concernant le climat, et le collectif Sauvons les riches, sur la spéculation et les paradis fiscaux. Par ordre décroissant d’éthique on y trouve La Nef, Le Crédit Coopératif et la Banque Postale.

Les amis de la terre ont mis au point un petit mode d’emploi pour vous aider. La Nef, et le Crédit Coopératif sont là encore les mieux notées.

Pourquoi ?

Dans le monde, dix millions de tonnes de déchets sont jetés chaque jour. Les décharges, les rivières, les forêts, les océans sont gorgés des rebuts de la société occidentale. En Afrique, ce sont des villes entières qui accueillent les vieux ordinateurs, téléviseurs, véhicules que nous n’utilisons plus, polluant les eaux, la terre, intoxiquant les enfants… Parallèlement, un tiers de la nourriture que nous produisons finit à la poubelle.

Parallèlement la majeur partie des ressources naturelles s’épuisent.

Recycler créé 10 fois plus d’emplois que l’incinération

Partager les objets plutôt que les posséder nous permettrait de réduire immensément nos besoins de matières premières.

Zero Waste propose trois vidéos pour bien comprendre l’enjeu des déchets

Comment ?

Apprendre ou réapprendre à bien trier avec le guide du tri.

Composter en ville (avec un lombricomposteur à la maison, ou dans des composteurs collectifs) ou dans son jardin.

Réparer, réutiliser dans un Fab Lab (ici une carte des Fab Lab en France).

Partager plutôt qu’acheter. C’est ce que propose notamment l’association OuiShare.

Actions collectives

En ville, les espaces verts sont très prisés. Et pour cause : calme et air pur ne font plus partie de notre quotidien. Revégétaliser l’urbain, c’est remettre la nature au cœur de la ville. Cours, bords de fenêtre, murs et toits, terre-pleins, sont autant d’espaces dans lesquels nous pouvons réintroduire une biodiversité qui nous reconnecte au mouvement naturel des saisons et nous permet d’apprécier la beauté et la richesse du vivant.

Comment faire ?

Le premier parc éolien citoyen français tourne depuis un an, dans le pays de Redon, entre Bretagne et Pays de la Loire. Son originalité : les quatre éoliennes de deux mégawatts chacune ont été financées par les investissements de plus d’un millier de citoyens, sur la base d’une personne, une voix. Il approvisionne en électricité 8 000 foyers. Deux nouveaux parcs d’une puissance similaire sont déjà en chantier. Autre spécificité : une partie du chiffre d’affaires est réinvestie dans des opérations visant à réduire la consommation d’énergie, bien loin des logiques financières des grands groupes industriels.

Comment faire ?

Vous avez peut-être déjà vu un client échanger avec un commerçant de drôles de billets. Il s’agissait certainement d’une monnaie locale, c’est-à-dire d’une monnaie non soutenue par un gouvernement national et destinée à être échangée dans une zone restreinte. Les monnaies de ce type sont également appelées monnaies complémentaires. Elles prennent de nombreuses formes, aussi bien matérielles que virtuelles.

Comment faire ?

Ecole exclusive, contraignante, hiérarchique et compétitive : voici les constats faits par ceux qui ont choisi de créer un lieu d’éducation alternatif. Face à cela, ils souhaitent placer l’enfant au centre du système scolaire et s’adapter à lui en fonction de ses besoins et de ses capacités.

Comment faire ?

C’est une première en France : aux municipales de mars 2014, dans ce village, une liste citoyenne s’est présentée et a remporté les élections. Depuis, la mairie fonctionne de façon innovante suivant un système – pensé par les habitants – à la fois collégial et participatif.

Comment faire ?

Actions politiques