"La chance sourit aux esprits bien préparés" L. Pasteur

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.

KeyholeGarden

Seed Bomb

Les « seed bombs » ou « seed grenades »  sont les armes favorites des « Guerilla gardeners », elles permettent en effet de végétaliser facilement des espaces urbains inhospitaliers. Elles sont composées d’un mix de graine, d’1/3 de lombricomposte et de 2/3 d argile. Ainsi compactées et séchées elles sont facilement transportables et on peut ainsi les jeter par dessus n’importe quelle barrière et sur n’importe quel terrain. Pour connaitre la recette et toutes les étapes voyez sur l’article du blog Jardin et Potager Urbain.

Le « guerilla gardening » est un acte éco-militant qui consiste à reverdir les centres villes comme nous l’explique Pam Warhurst dans l’un de mes articles précédent.

SeedBomb

Kokopelli

Kokopelli est une association française qui distribue des semences issues de l’agriculture biologique et biodynamique dans le but de préserver la biodiversité semencière et potagère.

La semence, essence même de la vie, est aujourd’hui menacée. 12 000 ans de construction collective patiente et réfléchie ont abouti à la création d’un patrimoine végétal, technique et culturel inestimable, commun à toute l’humanité. Cet héritage court aujourd’hui le risque d’être confisqué par une infime minorité.L’aliénation de la semence par l’agro-industrie, constitue un danger sans précédent pour l’avenir : l’indépendance alimentaire et la santé des peuples.

Ainsi, Kokopelli lutte contre le Catalogue officiel des espèces et variétés autorisés à la vente dont l’intérêt financier reviens essentiellement au multinationale de l’agro-alimentaire.

Kokopelli

Hydroponie

L’hydroponie ou la culture hydroponique (agriculture hors sol) vient de la combinaison de deux mots grecs qui signifient « mettre dans l’eau ». Cette méthode permet de cultiver, dans un espace restreint, un plus grand nombre de plantes qui donnent rapidement un meilleur rendement. Certains prétendent que le goût des légumes en est aussi amélioré. Qui plus est, les plantes les plus propices à la culture hydroponique — les concombres, les tomates et les plantes à feuilles comme la laitue et les fines herbes — sont précisément celles que recherchent nombre de citadins.

Expérience aux Monts Gardés

Les sols agricoles des Mont Gardés ont été fortement dégradés suite à des chantiers à répétition et des volumes considérables de stockages de matériaux, entrainant le passage répété d’engins lourds de chantier, compactant en profondeur les sols. Les chantiers sont aujourd’hui les barrières de ces 35 hectares dont 12 en parcelles boisées, entre LGV, autoroutes, ligne à très haute tensions et centres de traitements des déchets, en somme un vrai havre de paix.

Le défi est de transformer le paysage pour le rendre aimable malgré le contexte difficile par restauration des sols dégradés, recyclage et autonomie économique (productions agricoles, apicoles, arboricole et sylvicole sans intrants – organisation de visites stages, formations et ateliers…)

By |avril 22nd, 2013|Economie Sociale Solidaire, Projets|0 Comments

Leave A Comment

Jardinage urbain

En 2007, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre les habitants des campagnes, selon la Banque mondiale. Avec des mégapoles de plusieurs dizaine de millions d’habitant comme Tokyo (équivalent à la moitié de la France en nombre d’habitant), une solution très sérieuses d’agriculture urbain est proposées et recommandées par l’ONU et la FAO pour faire face aux besoins de sécurité alimentaire, aux défis de l’urbanisation et de la périurbanisation. Ce concept, relevant encore de la prospective, émerge de pratiques agricole en ville et banlieue.

Aujourd’hui, la perspective de la relative autonomie alimentaire voit de très grand nombres de solutions. Voici quelques exemples récupéré principalement de Jardin et Potager Urbain.

Bag Garden

Le « bag garden » est un petit potager vertical, composé d’un sac de jute, d’un substrat enrichi et d’une colonne de distribution d’eau en pierre. Une idée géniale  qui sauve des vies en Afrique et qui est tout à fait transposable en ville dans une cour ou sur un balcon.

Bag-Garden

Ferme Verticale

La notion de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale regroupe divers concepts fondés sur l’idée de cultiver des quantités significatives de produits alimentaires dans des tours, parois ou structures verticales, de manière à produire plus sur une faible emprise au sol, éventuellement en ville pour répondre à des besoins de proximité.

FermeVertical

Keyhole Garden

Les « keyhole gardens » sont aussi des techniques potagères utilisées essentiellement en Afrique dans des régions arides comme le Lesotho ou l’Uganda. Littéralement jardins en forme de trou de serrure, les keyhole gardens sont des petits potagers circulaires au centre desquels se trouve une colonne qui sert de composteur et de distributeur d’eau, ce qui entraine une diffusion lente et homogène des nutriments. Maintenu et entouré par un muret de pierre, le substrat est protégé de l’ érosion donc réutilisable à volonté.