austeriteL’austérité est la conséquence d’une crise économique et n’est que le choix de politicien influencé par des banquiers assoiffés de dérégulation et d’optimisation fiscale. Fuyez riches fous…

Rien ne prouve que la croissance d’un pays s’effondre si son endettement dépasse 90% de son PIB. Pourtant ce dogme, qui l’emporte sur la raison, créé une austérité mortelle. Quelle ironie d’entendre la notion de rigueur sur un argument sans fondement. Pire encore, une erreur a été la source d’un plan de rigueur au niveau international. Les choix de l’économie mondiale n’est pas une science mais une négociation entre les « grands » de se monde. Depuis le début de la crise, l’austérité ne restaure pas la confiance et devient pire encore.

La corrélation entre suicide et chômage existe et s’observe depuis le XIXe siècle. Le taux de suicide a augmenté de 26,5% en Grèce en 2102. Ainsi, la politique budgétaire peut-être une question de vie ou de mort. Toujours en Grèce, par exemple, la mortalité enfantine a augmenté de 40% depuis les réductions budgétaires des services publics en 2008. Avec 35 000 membres du corps médical en moins, crise budgétaire = crise de santé publique.

Pourtant, l’étude faite par David Stuckler (sociologue et économiste spécialisé dans la santé publique) et Sanjay Basu (maître assistant en médecine et épidémiologie) révèle que pour 1$ investi dans des programmes de santé publique, on obtient 3$ de croissance économique. Dans ce choix contre-productif, le prix de l’austérité se calcule en vie humaine, les politiques finissent par produire un remède pire que le mal.

Certes l’un des arguments qui a profondément marqué la crise grecque a été l’évasion fiscale citoyenne. Mais a bien regarder, les plus grandes multinationales européenne reine de l’optimisation sont les acteurs les plus gourmands. Comme le montre le reportage Cash Investigation (France2), les industries mettent en place de ficelle tellement grosse que cela commence à ce voir. Ironie du sort, ce reportage a été réalisé par France Télévision, service public français. Et au même moment, la grecque annonce du jour au lendemain la fermeture de l’ERT, service publique grecque.

bresil-turquieIl est toujours étonnant d’observer que le savoir ne fait ni la prise de décision ni l’action. La hiérarchie du pouvoir permet à une poignée d’hommes d’instauré l’inhumanité en l’État. Heureusement, la démocratie règne en maitre dans notre société complexe. Depuis la génération Y, les moyens de s’informer et de corréler les données sont beaucoup plus rapide qu’à l’époque de nos aïeux. A l’opposé du monde, des citoyens du Brésil et de Turquie marche vers pour un même combat après une révolution arabe qui semble avoir égrainée et traversée les océans.

Tout comme la démocratie, l’économie n’est pas pour les élites. La connaissance se diffuse par tous, et pour tous. La politique d’austérité tue, transformons donc l’austérité en volontés organisées. Informons-nous et décidons nous même des choix que l’on doit faire.

Sources :
 Courrier International
 Le Figaro (dérégulation)
 La tribune 
 Europe 1 (santé)
 Le monde (fin de la télévision grecque)
 Mediapart (Chiffres falsifiés) 

Cash Investigation - Le scandale de l'évasion fiscale